«

»

Jan 02

Théorie pour faire une rencontre cougar en France

Cet hiver, je me suis rendu en France, où j’ai pu faire la coquette rencontre d’une vedette de cinéma hollywoodienne là-bas. J’étais dans un café où je m’apprêtais à acheter un expresso et une brioche quant soudainement, je me suis rendu compte que je prenais un peu de temps à commander. Je me suis donc retourné pour voir s’il y avait une file derrière moi de façon à ce que je puisse signifier à la personne derrière moi de commander si elle était prête et c’est à ce moment-là que je me suis aperçu que la fille mature derrière moi dans la file d’attente du café était l’actrice américaine Claire Danes. Pouvez-vous croire ça ?

faire une rencontre cougar

Être gêné pour parler à une vedette, d’accord. Être gêné de parler à une fille plus agée, inacceptable!

Dans le cas de ma rencontre avec Claire Danes, bon, je fus trop gêner pour lui parler. Il faut me comprendre, elle est très connu et très riche et je ne voulais pas la déranger et je doute qu’elle aurait pu s’intéresser à un gars bien normale comme moi. Je me suis donc poser une question personnelle suite à cette expérience. Si ça n’avait pas été elle, mais bel et bien une cougar qui lui ressemble, serais-je été lui parler ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi pas ?

Il est intéressant de se poser la question puisqu’en fait il s’agit d’un être humain dans les deux cas et qu’en tant qu’être humain, qu’est-ce qui détermine si je choisis de parler ou ne pas parler à une autre personne ? Après tout, ces deux femmes cougars sont identiques. Pourquoi dans le premier cas (celui que c’est la vraie actrice), j’assumerais que je ne dois pas lui parler et que dans l’autre scénario (celui où ce n’est pas la vraie actrice), je choisirais de lui parler. N’est-ce pas un peu étrange que je me limiterais ainsi de mon propre chef ?

La théorie des jeux appliqués à la psychologie des femmes matures

 

Actrice

Pas Actrice

Parler

10

5

Pas Parler

-5

0

Voilà, ci-haut, un tableau démontrant les gains et pertes reliés à l’action de parler ou ne pas parler avec la personne selon si elle est l’actrice ou si elle n’est pas l’actrice.

Ceux qui connaissent la théorie des jeux, comprendront immédiatement l’enjeu et pour les autres, en voici l’explication.

Ce que nous apercevons ici c’est qu’il y a un avantage absolue à parler avec la personne peu importe si elle est l’actrice ou pas. En effet, si on ne parle pas avec la personne, on n’a soit un gain nul ou une perte directe par rapport à notre situation d’équilibre initiale alors que si on parle avec la personne, peu importe son statut, on est gagnant dans les deux cas.

Par conséquent, il est simplement logique que l’on parle à une personne pour laquelle nous avons un intérêt puisque qu’en effectuant cet action, nous améliorons notre position par rapport à notre situation d’équilibre initiale. Ce n’est vraiment pas rien comme découverte. Ceci signifie donc qu’être gêné est un handicap extrêmement couteux dans la vie et que cet handicap une fois répété, nous fera sous performer par rapport à la moyenne de nos camarades. Cette sous performance sociale se reflètera monétairement et psychologiquement. En effet, en ayant moins de contact humain, nous limitons la probabilité de faire des rencontres matures exceptionnelles qui peuvent déboucher sur de grande amitié ou plus. D’ailleurs, je vous recommande cet article.

Ce qu’il faut comprendre par rapport à cette expérience

Déjà, lorsque nous tombons en réflexion sur si nous aurions dû lui parler ou non il est déjà trop tard. Notre cerveau est bien fait. Si nous nous posons la question c’est que nous aurions dû faire l’action en soi. En se posant la question, notre cerveau nous envoie un message indirectement. Celui de réaliser le moment présent que nous vivons. En effet, se poser la question c’est y répondre. Notre réflexion est une sorte de réflexe sur l’ensemble de tout ce dont nous avons lu et appris dans le passé. Autrement, si la situation nous était inconnue, nous n’hésiterions pas, nous saurions qu’il en serait tout simplement inconnu et on serait conscient de notre ignorance alors qu’en ce moment, nous hésitons. Cette hésitation du moment présent indique que quelque chose ne tourne pas rond. Elle indique que nous devrions faire les choses autrement. Ce moment indique que si nous continuons dans ce sens, nous allons à l’encontre de ce qui devrait être. Voyez-vous? La situation devrait être est une situation supérieur sur l’état actuel des choses et c’est sur vers quoi nous tendons.

La situation du « devrait-être »

Par rapport à notre situation actuelle, il existe trois possibilités. La situation passée, la situation présente ou la situation future.

Hier

Aujourd’hui

Demain

Moment vécu

Moment présent

Moment prévue

Ici, il n’est aucunement question de changer le moment vécu puisque celui-ci est déjà arrivé. À l’inverse, le moment présent est ce qui arrive maintenant. C’est le moment en construction. Le moment présent est une phase intemporelle de suite en continue qui s’échappe sans arrêt pour passer vers la catégorie du moment vécu dans une suite successive qui file vers notre moment prévue.

Une quatrième dimension

Quand le moment présent diverge de la suite logique qui mène au moment prévue et par défaut à la situation de ce qui devrait-être, nous vivons un stress momentané. Ce sentiment est une sorte d’alarme qui est là pour nous indiquer que les choses ne sont pas comme nous l’avions prévue. Par exemple, la fille derrière moi était peut-être l’actrice ou non. Ce fait, est peu pertinent quand il est pris seul. Par contre, mon désir (moment prévue) était de lui parler alors qu’en réalité je ne lui ai pas parlé (moment présent). Donc, le lien entre le moment présent et mon moment prévu n’était pas linéaire et il y avait brisure de logique. Ma situation du devrait-être n’était pas soutenable à long terme et mon cerveau m’a envoyé une alarme pour me dire que quelque chose ne tournait pas rond. J’ai donc hésité pendant la situation.

Si le moment présent avait été en harmonie avec mon moment prévue, je n’aurais pas eu cette hésitation et ma vie aurait continué normalement alors qu’en ce moment j’ai créé un souvenir de la situation inachevé. J’ai encore le sentiment que les choses aurait dû être différent. Ainsi, en changeant le moment prévu, j’ai changé ce que l’on appelle le destin.

Cette hésitation comme un signal d’alarme

Cette hésitation devrait vous faire rendre compte que les choses ne sont pas normales et en équilibre. Un signal d’alarme intrinsèque très puissant. Pour certains, c’est ce qu’il appel leur petite voix. Écouter sa petite voix intérieure.

Si je retourne en France et que je revois cette belle et talentueuse femme mature, je sais désormais qu’il vaut mieux pour moi de lui parler. J’en sortirai gagnant et en harmonie avec mon destin.