«

Nov 25

BDSM: Je n’ai pas été en mesure de supporter! Voici mon aventure !

Depuis toujours, le BDSM occupe une bonne de mes pensées. J’ai toujours été attiré par cette pratique sexuelle, qui implique jeux de rôle, domination, punition et humiliation. J’avais déjà testé toutes sortes de choses relatives au sexe. Je fréquentais des sites de rencontre sur lesquels je participais régulièrement à des soirées partouze ou des plans à trois. Un jour, je me suis enfin décidé à sauter le pas et à goûter à cette pratique sexuelle en m’inscrivant sur un excellent sites pour faire des rencontres sexe. Je vous raconte ma mésaventure avec le BDSM.

Le BDSM et moi : entre curiosité et réalité

Je suis littéralement obsédé par tout ce qui touche au BDSM et aux pratiques sado-maso. J’ai toujours eu un attrait prononcé pour cette pratique sexuelle. J’avais déjà lu beaucoup d’articles sur cette tendance sexuelle, ses règles, et tout le plaisir qu’elle pouvait procurer. Il faut dire que, bien que je n’aie jamais pratiqué, je pouvais me vanter de connaitre presque tout ce qui touchait au fétichisme. Je connaissais de nom la majorité des techniques de punition et de domination, les différentes sortes de cordes pour ligoter, etc. Je ne possédais personnellement aucun accessoire, mais j’aurais pu en nommer un, rien qu’en le voyant.
Bien que je sois attiré par les pratiques sado-maso, je n’avais jamais voulu sauter le pas. Peut-être par peur ou anxiété. Je noyais donc mon délire dans des plans cul. Souvent, pendant mes rapports sexuels, je souhaitais intérieurement que la fille se transforme en une dominatrice, qui me ferait subir les pires supplices. Je ne sais plus exactement ce qui m’a motivé à franchir la ligne rouge. Un beau matin, j’ai juste décidé qu’il était temps de réaliser mon fantasme et de participer à une séance de BDSM. Comme je fréquentais déjà les sites de rencontre, j’ai juste eu à m’orienter vers ceux qui étaient destinés aux adeptes de BDSM. J’ai effectué une petite recherche sur les sites coquins pour trouver d’excellentes rencontres sexuelles, et je me suis inscrit sur celui qui avait le plus la côte.

Pratiques sado maso

Mon expérience avec le BDSM

Mon inscription sur un site de rencontre BDSM

Je me suis donc enregistré sur une appli de rencontre BDSM. Dès les premiers instants, mon cœur a commencé à cogner très fort dans ma poitrine. Il y avait de nombreux profils sur la plateforme, et elle semblait très active. Pour ne pas me faire ignorer, j’ai choisi une photo de profil de circonstance, et j’ai indiqué que j’étais un novice en quête d’initiation. Très vite, j’ai reçu un message d’un homme qui disait appartenir à un groupe de libertins qui organisait un week-end sur trois, des parties de sexe. Si je le désirais vraiment, je pouvais me joindre à eux pour mon rite d’initiation. J’ai immédiatement accepté. Intérieurement, je me suis dit que j’avais beaucoup de chance d’être tombé sur un exellent sites pour faire des rencontres.

Je lui ai donc demandé de m’indiquer le lieu et l’heure de leur prochaine soirée. Il ne s’est pas exécuté. Il a d’abord demandé à me rencontrer. Il ne pouvait pas introduire un parfait inconnu à son cercle sans être sûr de mon intégrité et de mon réel engouement pour le bondage. Nous nous sommes vus dans un restaurant où il m’a posé beaucoup de questions. Je lui ai expliqué que pour ma première séance, je voulais directement essayer quelque chose d’éprouvant, et que mon fantasme était de me faire dominer par une femme. La rencontre fut programmée pour le dimanche suivant.

Première séance, grosse désillusion

À mon arrivée sur les lieux, mon guide — l’homme du restaurant — m’attendait déjà. On se salua chaleureusement. Il me présenta à une femme, et me dit qu’elle allait s’occuper de moi. Elle m’embrassa tendrement, m’emmena dans une des chambres et me demanda de me déshabiller. Pendant que je me déshabillais, une autre femme entra dans la pièce. Au lieu d’une, j’allais avoir deux maitresses !
Nous avions convenu d’un safeword que je devais utiliser si à un moment, je souhaitais tout arrêter. Elles me ligotèrent sur le lit, doucement, avec beaucoup de précautions. Aucun doute, j’étais avec des pros comme on n’en trouve que sur les excellents sites pour faire des rencontres sexe. Ensuite, on me coucha sur le dos et ma bite fut équipée d’une cage de chasteté. Je n’en avais jamais vu en vrai ! Pour cette séance, j’allais me faire sodomiser par une des femmes qui avait porté un gode-ceinture, pendant qu’une autre allait me donner des coups de cravache. On me lubrifia l’anus, et la partie débuta. La fille allait et venait doucement dans mon cul, pendant que la cravache faisait apparaitre des bleus sur mon corps. J’étais aux anges ! Entre temps, l’homme que j’avais rencontré au restaurant était entré dans la chambre et observait la scène de loin. Quelques minutes plus tard, on me proposa de me bander les yeux pour augmenter le plaisir. C’est à partir de cet instant que les choses se gâtèrent. Je n’étais pas vraiment prêt. Lorsque les coups de reins et de cravaches ont commencé à s’accélérer, je n’ai pas pu m’empêcher de prononcer le mot d’arrêt. C’était plus que ce que je pouvais supporter. J’ai dû me confondre en excuses en expliquant à mes hôtes que je ne pouvais plus continuer.